Région de l’Ouest : La Fondation MOJE mobilise les populations au planning familial.

Publié le 15 Juin 2022 par SINOTABLES

Spread the love

« Le planning familial contribue à réduire de façon significative les taux de mortalité maternelle, néonatale, infanto-juvénile », parce qu’ « une femme qui fait des maternités espacées se porte mieux, sa santé est bien maitrisée ».

L’atelier de réflexion relative aux stratégies de communication sur la planification familiale en contexte Covid-19 dans les départements de la Menoua, des Bamboutos, de la Mifi et du Noun a eu lieu le 2 juin 2022, au Complexe Todjom à Bandjoun.

La rencontre dont l’objectif est trouver des voies appropriées pour aider les population à sortir de la précarité causée par l’inadéquation de la taille de la famille aux revenus a permis à la vingtaine de journalistes et communicateurs en fonction dans des radios communautaires, la presse écrite et la presse en ligne des quatre départements suscités de définir les stratégies de communication adaptées aux enjeux du planning familiale dans leurs départements.

Cette activité s’inscrit dans la cadre du projet d’appui à la santé de reproduction organisé dans la région de l’Ouest par la Fondation MOJE en partenariat avec la Coopération allemande GIZ (ProPaSaR-GIZ).

Selon Fondation MOJE, « la couverture médiatique et l’accompagnement des médias locaux est très importante, dans la mesure où ils nous aideront à mieux communiquer et à relayer l’information sur toute l’étendue de la région et même ailleurs », a expliqué Jean MOMO.

Ainsi, en guise de mise en bouche, les participants de l’atelier de Bandjoun ont eu droit à une série d’animations sur la planification familiale déclinées en la présentation du bien-fondé du planning familial et ses différentes méthodes, l’information sur la Covid-19 dont les symptômes et les moyens d’altération, entre autres.

Fort de cette imprégnation, les journalistes et communicateurs ont été reparti dans quatre ateliers dont l’un consacré à l’élaboration des stratégies de communication et de sensibilisation sur le planning familial en contexte de Covid-19.

Au terme de cette réflexion, l’organisation et les participants se sont accordés sur la nature et les astuces à prendre en compte dans l’élaboration des outils pour une communication idéale en direction des masses de la populations dans les départements de la Menoua, Mifi, Bamboutos et Noun. Il s’agit notamment des spots radios et des causeries éducatives pour sensibiliser sur le terrain.

Pour le délégué région de la santé publique de l’Ouest, l’opportunité de l’atelier de Bandjoun n’est plus à démonter dès lors que le problème d’équité se pose dans l’éducation des enfants dans un couple, « parler d’équité veut dire que si vous devez les [enfants, ndlr,] mettre dans des écoles, ça doit être les mêmes écoles avec les mêmes performances. Vous ne devez favoriser aucun par rapport à l’autre. Donc, s’il faut être équitable, je pense qu’il faut ramener la taille [de la famille] à vos moyens ».

Augustin Roger MOMOKANA

Ce contenu a été publié dans Actualité, Société, avec pour mot(s)-clé(s) : Cameroun, Santé, Planning familial, Covid-19, Communication, Fondation MOJE, Bandjoun. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien