L’ambassadeur de France à Dschang : ce tapis rouge que le gouverneur Awa Fonka Augustine a déroulé à S.E. Christophe Guilhou.

Publié le 13 Juil 2022 par SINOTABLES

Spread the love

S.E. Christophe GUILHOU, ambassadeur de France au Cameroun, était en visite de travail le 30 juin et le 1er juillet à Dschang, sur les hautes terres de l’Ouest. Contrairement aux visites précédentes, celle-ci a été soigneusement préparée par le Gouverneur de la Région. Il s’est agi de la crise qui secoue l’Alliance Franco-Camerounaise de Dschang. Ce sentiment du bien-être doit avoir convaincu le diplomate, une fois retourné à Yaoundé, d’ordonner la levée des scellés apposés sur le compte bancaire de l’AFCD.

En fait de visite, l’ambassadeur est venu s’enquérir sur place de l’Etat du règlement de la crise que traverse l’Alliance Franco-Camerounaise de Dschang depuis le deuxième moitié de l’année 2021. Cette fois encore il s’est flanqué de Yann LORVO, son SCAC qui a manœuvré soi-disant pour la modernisation de la gestion, sous le prétexte qu’en Amérique du Sud i a redressé les alliances au bord de la faillite. Sauf qu’ici il ne s’est posé, malheureusement, plus comme un fossoyeur que comme un bâtisseur.

D’ailleurs, deux jours avant son arrivée à Dschang, le 27 juin précisément, le gouverneur de la région de l’Ouest, AWA FONKA Augustine, a signé une note de service n°000019/NF/F/SG/DAESC du 27 juin 2022 portant création, organisation et fonctionnement d’un Comité Transitoire de Gestion (CTG) à l’Alliance Franco-Camerounaise de Dschang (AFCD).

De la lecture de la note de service du gouverneur de la région de l’Ouest, il apparait que la liste présentée et dont les membres ont été installés par la commission ad hoc d’enquêtes administratives (le 27 juin) qu’il a lui-même commise a été revue. C’est ainsi que l’artiste Jasmin SONGOUAN qui y officiait en tant que Vice-président a été écarté. Il en est de même pour l’étudiant et membre FONKOU Marcel.

A son arrivée à Dschang, S.E Christophe GUILHOU a effectué un détour à l’Université de Dschang où il a animé, en l’Amphi 1000, une conférence publique sur le thème : « Les relations entre le Cameroun et la France après le nouveau sommet Afrique-France de Montpellier. »

Au cours des échanges qui ont suivi son exposé, le diplomate Français s’est fait tirer les bretelles à plusieurs reprises, notamment à la suite de ses réponses trop évasives. Ces bruits et halos ont fait comprendre S.E Christophe GUILHOU que la ville de Dschang est bien consciente qu’avec la complicité de quelques-uns de ses fils en quête de positionnement politique lui fait trop de cadeaux dont son pays n’a pas le mérite.

Le lendemain, vendredi 1er juillet, en la salle Manu Dibango de l’Alliance franco-camerounaise de Dschang (AFCD), le diplomate français a présidé une séance de travail «dans le cadre plus large de l’amitié entre la France et le Cameroun… ». Il avait à ses côtés Adray EPENTE TAZEU, inspecteur général des services du gouverneur de la région de l’Ouest, et le SCAC.

« Je suis donc là pour vous encourager et vous pousser à aller de l’avant, mesdames et messieurs les membres du Comité transitoire de gestion de l’Alliance ; à relancer l’association sur des bases nouvelles et solides. Vous avez tout le soutien des autorités françaises pour faire votre travail… » A déclaré d’emblée le diplomate français.

De l’avis des membres de l’Alliance, le comité transitoire de gestion de leur association n’est rien d’autre qu’une machination pour politiser l’association qui a toujours su adapter ses statuts aux exigences de leur partenaire français qui est la Fondation Alliance Française.

Pour s’en convaincre, il transpire visiblement la volonté affichée du maire de Dschang et Yann LORVO de loger toutes les structures ou organisations qui bénéficient de la subvention française dans le panier de la Mairie de Dschang. Nous savons ce que sont devenu l’Office de Tourisme de Dschang, le Musée des Civilisations, et plus récemment l’Agence municipale de gestion des déchets (AMGED). C’est bientôt le tour de l’Alliance franco-Camerounaise de Dschang. et tous ces personnalités qui participent à cette mort devront un jour ou l’autre porté dans leur conscience la responsabilité d’avoir tué ou ouvert la brèche pour que soit tuer cet instrument d’échanges culturels mis sur pieds par près d’une quarantaine de personnalités dont les chefs traditionnels Sa Majesté MOMO Jean Claude (Foto), Docteur KANA Paul (Bafou), et des férus de la culture que sont Dona Ramanantsoavina (épouse du chef du département de Foresterie de l’ENSA), Marta Hartmann (bibliothécaire en service au Centre Universitaire de Dschang), Docteur Pierre Marie METANGMO (jeune fonctionnaire de la santé), et les autres.

La « relecture transversale des statuts » prescrite par le Gouverneur au Comité transitoire de gestion ne devra pas être une simple exposition de la vue de l’esprit de ces 10 personnes qui compose le CTG, mais devrait être sur la base des différentes statuts (1991, 1997, 2009) et en adéquation avec les articles focaux de la Charte de la Fondation Alliance Française.

La partie camerounaise ne s’est pas sevrée de son ridicule séculaire. Les participants ont failli étouffer de rire lorsque le représentant du gouverneur a pris la parole en ces termes : « A cause de nos engagements avec la France, nous n’allons pas vous faire de cadeaux, vous pouvez en être certains. Je connais monsieur le préfet. Il est sur place. Il va être particulièrement rigoureux. Et tout en restant disponible à toujours vous accompagner, nous vous souhaitons de bien travailler pour l’honneur de nos deux pays… » Adray EPENTE TAZEU s’adressait bien sûr au Comité transitoire de gestion qui a pleinement conscience de son rôle dans « la remise les sur rails » de l’Alliance.

Comité Transitoire de Gestion AFCD :

Président : NSANU Eric Lionel NEBA, 4e Adjoint au Maire de Dschang, Homme d’Affaires ;
Vice-président : Myriam CHEMGNIE, Responsable de développement culturel du programme Route des Chefferies ;
Secrétaire Général : Cédric METANGMO, Directeur Adjoint TOCKEM ;
Secrétaire Général Adjoint : TABOUE NOUAYE Ambroise, Directeur du Musée du Civilisations ;
Secrétaire Financier : MEGANCHE Clarisse, épouse NDAM, Enseignante FLE, Tutrice PROFLE ;
Secrétaire Financier Adjoint : NGONGANG Ghislain, Entrepreneur, promoteur de Voyage « Gouverneur Voyage » ;
Conseiller N°1 : EVAGA Adelphe Wenceslas, Représentant du préfet de la Menoua, Tutelle administrative ;
Conseiller N°2 : Pr Alexandre DJIMELI, Enseignant Université de Dschang, Journaliste, Chercheur ;
Conseiller N°3 : Un représentant de la Délégation départementale du MINAC [Ministère des Arts et de la Culture, ndlr] de la Menoua ;
Conseiller N°4 : Un représentant de la Délégation départementale du MITSS [Ministère du Travail et de la Sécurité Sociale, ndlr] de la Menoua.

Bon à noter, l’association Alliance Franco-Camerounaise de Dschang, qui n’a pas le statut d’ONG au sens de la loi Camerounaise, est désormais sous la Tutelle administrative de la Préfecture de Dschang. Le rôle du ministère des arts et de la culture dont elle semble très proche n’a pas été élucidé.

Augustin Roger MOMOKANA

Ce contenu a été publié dans Actualité, Culture, avec pour mot(s)-clé(s) : Dschang, Ambassade de France, AFCD, S.E Christophe GUILHOU, Fondation Alliance Française, Comité transitoire de gestion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien