Une vingtaine de journalistes partis de l’Ouest ont exploré la région de l’Est.

Publié le 13 Juil 2022 par SINOTABLES

Spread the love

D’Abong-Mbang à Batouri en passant par Bertoua, la région de l’Est nous a grandement ouvert ses bras et ses charmes. Du 1er au 3 juin 2022, une vingtaine de journalistes et communicateurs réunis au sein de l’association Club Média Ouest (association des journalistes exerçant dans la région du soleil couchant) ont parcouru et savouré les multiples facettes de cette région forestière qui s’est offerte à nos yeux et à nos autres sens tels un grand flambeau illuminant le ciel d’une nuit pluvieuse.

La région du soleil levant, l’Est Cameroun, est une véritable mine d’or. Pas seulement à cause de ses nombreux minerais d’or de Kambélé, Bétaré Oya, Kalamine et autres, mais à cause aussi de ces charmants hommes et femmes disséminés dans les quatre départements qui constituent ce quart de la superficie globale du Cameroun.

Si vous envisagez d’effectuer un voyage dans cette immense région, évitez surtout que l’on vous parle de la distance qui sépare une ville à l’autre. Cela pourrait suffire à vous emmener à mettre une croix sur ce voyage nécessaire. Prenez votre temps. Sachez que vous allez à la rencontre d’un monde si lointain du vôtre par ses distances d’une commune à l’autre, mais proche du vôtre par l’amour qu’a l’Homme pour son frère.

Un voyage dans la région de l’Est est à la fois une épreuve de joie et de nerfs. Des obstacles pourraient surgir où vous les attendiez le moins. Ce peut être la distance entre deux arrondissements du même département. Ce peut être des découvertes gastronomiques. Rien de cela ne vous fera oublier l’immense trésor enregistré en découvrant la vie quotidienne des travailleurs d’une scierie, celle des chercheurs d’or, le patrimoine architectural abandonné dans la brousse, etc. Rien ne pourra éteindre la flamme de la fraternité que portent des fils de cette région. Ici et là, vous trouverez des fils du terroir pour vous rassurer et vous rebooster le moral. Ces personnes qui vous accueillent sont à l’image du soleil levant : Rita Bayang ! Ah Rita Bayang ! Quel sens élevé de l’hospitalité ! Joseph LE ou encore Joseph Anderson LE qui se plie en quatre pour accueillir ses hôtes d’une heure.

Outre ceux-là, le contact avec les communautés Bamougoum et Batcham (Sa Majesté PIANTA Jean Claude, chef de la communauté à Bertoua) vous permet de noter à quel point l’intégration et le brassage des populations venues d’ailleurs avec les autochtones est une réalité insoluble. L’Est séduit le visiteur par son immense patrimoine architectural, son art culinaire atypique, ses sites écotouristiques et son levée du jour palpitant. Je revois cette descente, sur la route entre Bagofit Sun City et l’Hôtel de Ville d’Atok. Où la forêt a tissé sa toile au-dessus de la route, de manière à donner l’illusion au voyager de croire dans un tunnel. J’aurais aimé que notre voiture s’arrête pour qu’à l’aide de mon appareil photo je vole cet impressionnant paysage.

De l’architecture coloniale de Batouri fondée en 1928 comme chef-lieu de la Région de Batouri à la révolution urbanistique de Bertoua accompagnée par le C2D, en passant l’altruisme légendaire de la Fondation Rita BAYANG à Bertoua, le somptueux village écotouristique Bagofit Sun City à plus de 90 km du centre-ville d’Abong-Mbang, le site de transfèrement des esclaves de la Commune d’Atok, la région de l’Est est une merveille qui s’offre aux visiteurs curieux et en quête de sensations à la fois douces et fortes.

Augustin Roger MOMOKANA

Ce contenu a été publié dans Actualité, Tourisme, avec pour mot(s)-clé(s) : Région de l’Est, Bertoua, Batouri, Abong-Mbang, Club Média Ouest, Bagofit Sun City. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien