Cameroun : le Ministre de la santé publique embarrassé par le dossier Nourishka Cosmétiques.

Publié le 29 Août 2022 par SINOTABLES

Spread the love

Le Ministre de la Santé publique (MINSANTE), MANAOUDA MALACHIE, est embarrassé par le dossier Nourishka Cosmétiques. Il doit absolument commander une contrexpertise afin de confondre la promotrice de la « boisson éclaircissante ».

Après avoir interdit la boisson éclaircissante mise sur le marché camerounais par l’entrepreneure et femme politique Nourane Foster sous le label de Nourishka Cosmétiques, un laboratoire vient de propulser ce produit décrié au rang de complément alimentaire.

Hydrocarbures Analyses Contrôles, laboratoire dont le siège est à Douala, a rendu public les résultats effectués sur les échantillons reçus dans ses laboratoires.

Ainsi il ressort des analyses microbiologiques et physico- chimiques des quatre (04) échantillons de nutricosmétiques reçus sont qualifiés de « aliment de qualité microbilogique CONFORME aux critères testés ».

Selon Hydrocarbures Analyses Contrôles, l’analyse a été effectué sous les « critères issus de la pharmacopée Européenne (Chap 5.1.8-C).

Le laboratoire Hydrocarbures Analyses Contrôles n’est pas méconnu du ministère de la Santé publique. Il a été agréé sous le numéro 0383 du 1-03-2022 délivré par le MINSANTE.

La boisson éclaircissante de Nourishka Cosmétiques est sous le coup d’une interdiction de commercialisation de sur l’étendue du territoire national camerounais. En réaction la promotrice avait déposé des échantillons au ministère de la Santé publique.

Il est donc attendu que les échantillons à la disposition du ministère de la Santé publique soient soumis à l’analyse du laboratoire national d’analyse des médicaments (LANACOME), appareil de l’Etat camerounais capable d’approuver ou de désapprouver les résultats produits par Hydrocarbures Analyses Contrôles.

« HYDRAC a fait des analyses qui n’ont rien à voir avec la question centrale : le blanchiment de peau. », réagit un internaute.

Cette contre-analyse s’avère d’autant nécessaire que des internautes n’apprécient pas les résultats issus du laboratoire Hydrac.

Augustin Roger MOMOKANA

Ce contenu a été publié dans Actualité, Société, avec pour mot(s)-clé(s) : Laboratoire, Nourishka Cosmétiques, Santé publique, Hydrocarbures Analyses Contrôles, Nourane Foster. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien