Batouri : rentrée scolaire sanglante et mortelle à Kambélé.

Publié le 07 Sep 2022 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

Plusieurs personnes – dont le jeune Ngambesso Giovanni ,17 ans, qui s’apprêtait pour s’inscrire à l’université après l’obtention du baccalauréat ; et le commerçant « Tchato » venu de Yaoundé pour proposer des marchandises mineurs- ont perdu la vie lors des émeutes survenues lundi 5 septembre 2022 à Boukaru, village Kambélé, dans l’arrondissement de Batouri, à l’Est du Cameroun.

Privées de « Sassayé » par les exploitants chinois, les populations locales ont envahi le chantier d’extraction d’or de Boukaru, dans le village Kambélé.

L’intervention des forces de défense et de sécurité mobilisées quelques jours plus tôt dans l’objectif d’intimider ces populations qui menaçaient d’envahir la mine au cas où le « Sassayé » leur est définitivement refusé s’est soldée par des pertes en vies humaines et des dégâts matériels.

Selon nos sources concordantes, plusieurs personnes dont des enfants ont été arrachées à la vie, soit touchées par des balles pour certaines, soit piétinées lors de la débandade pour d’autres.

Alertés, le gouverneur de la région de l’Est et le préfet de la Kadey ont effectué une descente sur le site où ils constaté avec désolation, l’ampleur du drame. Comme mesure d’urgence, toute activité d’exploitation minière est suspendue à Kambélé.

« Le Sassayé c’est cette ruée frénétique et spontanée d’une foule imposante vers des trous d’or sans précaution aucune pour espérer très rapidement avant l’arrivée des Forces de maintien de l’ordre trouver quelques pépites d’or dans des chantiers suspendus par les mesures préfectorales. », Mentionne Actualités de l’Est (Photo d’illustration). Certains exploitants s’organisent afin que les populations bénéficient de toute une journée par semaine pour le « sassayé ».

Sauf que les mines tenues par les Chinois n’accordent pas le « Sassayé » à ces habitants qui ne supportent pas que l’Etat les a délestés de leurs terres au profit d’entreprises minières qui ne leur apportent très peu sinon rien du tout.

Selon nos sources, la mine de Boukarou qui se trouve également dans le village Kambélé, est l’une des mines les plus sécurisée. Elle emploie de nombreux jeunes désœuvrés de la ville de Batouri qui y gagne leur pain quotidien. Cela épargne à la ville de Batouri des actes de banditisme.

Augustin Roger MOMOKANA

Ce contenu a été publié dans Actualité, Société, avec pour mot(s)-clé(s) : Batouri, Kambélé, Or, Sassayé, Mineurs. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien