Foumban: une décision du délégué régional de la santé publique contre le CMA de Koukouet Maloum divise l’opinion.

Publié le 16 Sep 2022 par SINOTABLES

Spread the love

Une décision au centre de toutes les conversations dans la cité des arts. Le délégué régional du ministère de la Santé publique pour la région de l’Ouest a décidé de suspendre pour une durée de six mois le fonctionnement du bloc opératoire du Centre médical d’arrondissement (CMA) de Koukouet Maloum dirigée depuis novembre 2020 par Dr RIREINKE Raïssa Diane.

Le Centre médical d’arrondissement de Koukouet Maloum, situé derrière la sous-préfecture de Foumban, est un établissement hospitalier public en activité depuis près d’une vingtaine d’années. Du ressort du district de santé de Foumban, il dirigé par un médecin généraliste nouvellement arrivée et dont les états de services délient déjà les langues par rapports aux innovations et aux anciennes pratiques.

Ce qui n’a pas empêché au délégué régional de la santé publique pour l’Ouest de le « suspendre d’activité » pour trois raisons : les interventions chirurgicales sont faites par des mains inexpertes, l’absence des mesures de protection PCI et l’absence d’équipement adéquats au bloc opératoire. Pour ces raisons « le bloc opératoire est provisoirement suspendu pour une période de 6 mois afin de remettre à niveau le personnel technique et l’équipement », indique la note de service signé du Dr CHINMOUN Daouda.

A Foumban, la décision du délégué régional de la santé publique apparait comme une volonté d’entraver la poursuite des réformes entreprises dès son arrivée par le nouveau médecin-chef. En effet, Dr RIREINKE Raïssa Diane a institué un service d’accueil, mise en place un bloc de petite chirurgie et un carton de 05 jours pour la prise en charge globale de malades nécessiteux.

Par ailleurs, et dans le même élan, elle initie une cotisation avec les âmes de bonne volonté pour la prise en charge des soins aux personnes déplacées internes. Ces soins vont de la réanimation à l’opération, en passant par la mise à la disposition gratuite du kit, de la transfusion sanguine, entre autres.

Prononcer la suspension du bloc opératoire signifie détourner la grande attention que les populations de Foumban et des localités environnantes accordent au CMA de Koukouet Maloum, au profit de l’hôpital de district de Foumban. Sinon, pourquoi avoir attendu seulement son arrivée et l’enclenchement d’une batterie de mesures révolutionnaires pour décrier le manque d’expérience du personnel technique dont certains sont en fonction depuis plus dizaine d’années.

Pour le reste, l’Etat doit assurer le suivi permanent de ses installations et procéder à la réparation ou à la substitution pour une meilleure continuité du service. Il en est de même lorsqu’une défaillance est constatée au niveau de la ressource humaine, l’Etat devrait immédiatement procéder au remplacement, afin de ne pas paralyser le service.

« (…) pendant ladite période, les parturientes présentant une indication de césarienne seront référées à l’Hôpital de district de Foumban », décide le délégué régional dont la mission d’inspection du CMA de Koukouet Maloum.

Augustin Roger MOMOKANA

Ce contenu a été publié dans Actualité, Société, avec pour mot(s)-clé(s) : Cameroun, CMA, Santé publique, Koukouet Maloum, Bloc opératoire, Foumban. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien