Burkina Faso : des filles se déchirent pour le Capitaine Ibrahim Traoré.

Publié le 10 Oct 2022 par SINOTABLES

Spread the love

Devenu Chef d’État à la faveur du putsch qui a chassé le Lieutenant-Colonel Paul-Henri SANDAOGO DAMIBA du pouvoir le 30 septembre 2022, le Capitaine Ibrahim TRAORE est courtisé par une ancienne voisine de Bobo Dioulasso.

Le jeune dirigeant burkinabè Ibrahim TRAORE qui a reçu, via les réseaux sociaux, des appels de balle de deux anciennes voisines doit sourire et se dire que ça ne fait pas bon d’être célibataire avant d’avoir atteint la plus haute fonction de l’État.

« J’ai le sentiment de complètement perdre de contrôle de mes sentiments puisque je ne suis plus capable de décrire ce que je ressent. Je t’aime Ibrahim et je t’aimerai toujours », a déclaré Aida Fatim Barry. Elle se présente au nouvel homme fort de Ouagadougou comme une proche lorsqu’il vivait à Bobo Dioulasso. Les deux jeunes gens étaient voisins de classe.

Cette déclaration [tardive et opportuniste ?] d’amour de Aida Fatim Barry n’a pas laissé Ramatou De la croix indifférente.

Cette autre prétendante ( ?) est sortie de sa réserve, poussant sa rivale vers un retranchement : « Elle était où avant quand ils étaient voisins. Foutaise. Je suis sure que avant elle se tournait pas pour me regarder même allez du balai il est là pour travailler pas pour être distrait. Allez ouste », lance-t-elle.

Pour les internautes, le Capitaine ne devrait pas prêter attention à ces appels d’amour qui pour les uns seraient une distraction, et pour les autres un complot des puissances occidentales. D’autant plus que ces femmes n’avaient pas laissé couler leurs sentiments alors que Ibrahim TRAORE était encore au front dans le Oudalan.

« Le peuple burkinabé doit protéger le Capitaine contre les sorcières comme celle-là, les franceafricains, les comploteurs et tous les traîtres. Bien que c’est une mauvaise blague, elle est drôle quand même. » Tranche Max Maïga.

Ces soudains coups de foudre sont l’apanage de la fille africaine. Elle n’aime pas se marier à une personne pauvre ou modeste. Toujours en quête d’un train de vie princier. Ainsi, il n’est plus surprenant de constater que de jeunes filles sortent avec des hommes plus âgés que leurs parents.

Augustin Roger MOMOKANA

Ce contenu a été publié dans Actualité, Afrique, avec pour mot(s)-clé(s) : Burkina Faso, Ibrahim Traoré, Réseaux sociaux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien