Festival International Reconnection : retour sur la cité des échassiers.

Publié le 19 Oct 2022 par SINOTABLES

Spread the love

Le Festival International Reconnection a tiré ses rideaux lundi dernier. Mais avant le bilan, revenons les activités du weekend dernier. Deux principaux activités ont retenu notre attention : le carnaval et la conférence débat. Deux activités phares du samedi 15 et dimanche 16 octobre. Activités d’un genre particulier pour un public plutôt demandeur de spectacles de musique, de danse et de théâtre.

Samedi, entre 15heures et 17heures, un carnaval coloré a effectué une boucle du centre-ville, partant du village du festival (Alliance Franco-Camerounaise de Dschang) au centre-ville, puis retour au point de départ. L’escorte de tête est une cavalerie apprêtée par l’artisan maroquinier Honorable MBE DONFACK le Repère.

Des artistes de toutes les catégories (humoristes, danseurs, échassiers, groupes de danse, peintres, performeurs, jongleurs) étaient de la partie. Du point de départ au point d’arrivée, ils ont observé quelques arrêts. Des instants de démonstrations à l’attention d’un public de circonstance admiratif et surpris par un festival dont il a peut-être eu l’agenda à travers les médias, mais manqué du temps pour effectuer le déplacement de l’AFCD.

Dans la foule, certains artistes ont le visage marqué des couleurs de leur pays. Le Tchad s’est particulièrement distingué dans cette sortie, avec son drapeau flottant sur le ciel de Dschang. Il était porté par l’artiste musicien JETHSONAT qui la nuit dernière a tenue en haleine le public par une chanson aux sonorités proches du chinois.

Pour cette édition inaugurale du Festival International Reconnection, des amateurs de l’art sont partis de loin pour venir expérimenter ce nouveau-né. Ceux-ci se plaisent bien à Dschang, où ils sont en symbiose avec le délégué départemental des Arts et de la culture.

La conférence-débat quant à elle a porté sur «De la tradition à la création : place des us et coutumes endogènes dans la démarche artistique » disséqué par un panel de cinq modéré par Alain Cyr PANGOP. Cet échange a permis aux panélistes de mettre en bémol les rapport entre le musée et la création contemporaine (Flaubert TABOUE) à partir des ressources du musée, sur la nécessité de soutenir le tourisme endogène afin de promouvoir les patrimoines des chefferies traditionnels et partant les sites touristiques (Route des Chefferies), de re-parcourir le théâtre camerounais pour en relever les éléments de création artistiques (Docteur Gertrude DEMAZE), de relever la relation entre l’artiste et le musée dans la création contemporaine (Christian ETONGO), et de revoir l’arsenal des mesures législatives mises sur pied par l’État pour encadrer, promouvoir accompagner la création et le développement des arts (Victor KEME NGOUTTE).

On ne pourrait pas sortir de cette journée sans mentionner l’époustouflante prestation du performeur André TAKOU SAA qui, adaptant son spectacle « Listen to me » au contexte et lieu a permis aux témoins et participants de découvrir le Musée des Civilisations.

La danse patrimoniale et sacrée Kou’gang a fait une démonstration dans la cité, en partant en procession du district de santé pour l’Alliance Franco-Camerounaise. Tout un événement quand on sait que cette danse ne sort pas tous les jours. De son chef, le Kou’gang a accepté l’offre du Festival International Reconnection dans le but de communier avec les festivaliers et de rassurer le peuple de la résistance des us et coutumes malgré les pressions de la modernité.

Augustin Roger MOMOKANA

Ce contenu a été publié dans Actualité, Culture, avec pour mot(s)-clé(s) : Festival, Reconnection, Dschang, Conférence, Us et coutumes, André Takou Saa, Kougang. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien