Diocèse de Sangmélima : quelle bonne idée tordue de Mgr Christophe Zoa !

Publié le 26 Oct 2022 par SINOTABLES

Spread the love

Mgr Christophe ZOA, évêque de Sangmélima dans la région du Sud Cameroun, n’a pas apporté son démenti à une correspondance qui suscite de l’indignation sur les réseaux sociaux, même si certains s’interrogent sur son authenticité.

Les Blancs avaient, sous le prétexte que les objets d’art traditionnel (masques, sculptures, lances, poterie) trouvés en Afrique étaient maudits et relevaient du péché, spolié nos chefferies pour aller enrichir leurs musées en occident.

Aujourd’hui, un siècle plus tard, c’est un africain, évêque du diocèse de Sangmélima dans le sud Cameroun qui a décidé de leur emboiter le pas. Mgr Christophe ZOA veut doter son territoire épiscopal d’un musée. Pour cela il envoie ses prêtres en mission auprès des familles.

Dans une lettre adressée aux prêtres du diocèse de Sangmélima dont il a la charge, et dont l’objet est « collection d’objets d’art traditionnel (Bulu, Fang, Fong, Pygmée) » Mgr Christophe ZOA écrit :

«(…) il vous est demandé de procéder à une collecte d’objets d’art traditionnel (Bulu, Fang, Fong et pygmées) auprès de vos fidèles, voire populations de vos ressorts respectifs », écrit-il dans une lettre dont copie a été publié sur les réseaux sociaux.

Outre les objets d’art traditionnel, Mgr recommande que soit pris en compte dans la collecte les « squelettes et peaux séchés de petits et grands animaux et oiseaux gardés dans les concessions familiales. »

Ce projet qui bénéficie du partenariat de l’Italie a pour objet de « constituer le Musée du Centre » logé au niveau de la paroisse Notre-Dame du Rosaire d’Akon. S’agirait-il d’un stratagème mis sur pied pour convoyer les objets d’art vers l’Italie ?

Les objets d’art traditionnel que Monseigneur envoie collecter auprès des familles du diocèse sont des éléments patrimoniaux pour leurs détenteurs. Quel argument compte-t-il déployer afin de convaincre les gens de se séparer de leur « richesses » ? Un jour l’on finira par demander au curé du village de remettre les reliques de sa paroisse pour le musée communautaire !

Augustin Roger MOMOKANA

Ce contenu a été publié dans Actualité, Société, avec pour mot(s)-clé(s) : Diocèse de Sangmélima, Musée, Sangmélima, Mgr Christophe Zoa, objets-d-Art-traditionnel, Paroisse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien