Dschang : après- midi noir à Nza’ah, l’entrée de la chefferie supérieure Foréké-Dschang.

Publié le 26 Oct 2022 par SINOTABLES

Spread the love

La tragédie a eu lieu dans l’après-midi du mardi 25 octobre 2022 à l’entrée de la chefferie Supérieur du groupement Foréké-Dschang. Net net à côté du stade Baobab.

Le cas de l’un des fils du roi Djoumessi Mathias, DJOUMESSI Maurice, Censeur en service au Lycée Bilingue de Zenmeh qui défraie la chronique.

Ce qui est arrivé à DJOUMESSI Maurice laissant les populations riveraine de Nza’ah dans la consternation, eux qui ont vécu la scène en direct.

Il était presque 14h40 minutes lorsque nous sommes arrivés sur le lieu bondé de monde et en pleine tristesse. Une silhouette de corps à même le sol, couvert d’un drap blanc rayé de bleu, et du sang autour de la tête.

Nous n’avons eus la confirmation de ce qui se racontait autour qu’en lui enlevant le drap au niveau du visage pour nous attester de ce que la vie n’est vraiment rien.

Que lui est-il arrivé ? D’abord, nous avons d’emblée déduit qu’il a été victime d’un accident de circulation, quoi que autour les racontages disaient le contraire.

Selon les informations la foule agglutinée autour de cette vie neutralisée par la mort, DJOUMESSI Maurice se serait sentir faible à ce niveau. C’est alors qu’il s’est mis à vomir.

Il a tellement vomir au point de s’écrouler. Ce spectacle s’est passé sous le regard des populations qui n’ont eu aucun geste de secours. On dit que ça s’est passé très vite.

Au vue du carnet médical et des factures de l’hôpital retrouvé sur ce mort subite, il était souffrant et revenait ou partait pour une formation sanitaire.

Ainsi le Censeur DJOUMESSI Maurice du Lycée Bilingue de Zenmeh lâche sa blouse d’enseignant dans les circonstances tragiques. Presque à l’identique de son épouse décédé en 2015 par accident de la circulation.

Cette mort inattendue a surpris tout le monde. Même le préfet, le sous-préfet et le maire qui revenait du site où on va construire la gare routière à Foréké se sont arrêté pour voir aussi le miracle.

C’est très grave. C’est la catastrophe. Martin Heidegger n’avait-il pas dit, à raison: « quand l’enfant naît il est déjà trop vieux pour mourir » ? Que les ancêtres de Foréké-Dschang reçoivent DJOUMESSI Maurice parmi eux. A dieu Monsieur le Censeur !!!

Hon. ZEUFACK Joël Pour Sinotables

Ce contenu a été publié dans Actualité, Menoua, avec pour mot(s)-clé(s) : Dschang, Mort, Lycée Bilingue de Nzenmeh, Djoumessi Mathias, Groupement Foréké-Dschang. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien