Etats-Unis – Prison de Guantánamo : le doyen des prisonniers libéré à l’âge de 75 ans.

Publié le 31 Oct 2022 par SINOTABLES

Spread the love

Le Pakistanais Saifullah Paracha, 75 ans, était jusqu’à il y a quelques jours encore le doyen des prisonniers de Guantánamo. Il a été remis en liberté et est rentré dans son pays samedi 29 octobre.

« L’homme d’affaires avait étudié aux États-Unis et possédait une entreprise d’import-export approvisionnant d’importants détaillants américains avant son enlèvement et son arrestation en Thaïlande en 2003. Il avait été accusé d’avoir aidé au financement d’Al-Qaeda. » Rapporte le site de libération.fr.

La libération du Pakistanais Saifullah Paracha avait été approuvée en mai 2021 par une commission de la Maison Blanche à l’occasion de l’examen de plusieurs cas dont ceux d’Abdul Rabbani, 55 ans, lui aussi de nationalité pakistanaise, et d’Uthman Abdul al-Rahim Uthman, 41 ans et originaire du Yémen.

Suite aux attentats du 11 septembre 2001 qui ont coûté la vie à plusieurs centaines d’Américains, a interpellé plus de 800 personnes soupçonnées de coopérer avec le groupe jihadiste Al-Qaeda.

Malgré le fait qu’il a toujours clamé son innocence, mettant en avant son amour pour les États-Unis, Saifullah Paracha a été maintenu passé 20 ans de détention dans le pénitencier de Guantánamo construit sur l’île de Cuba.

Depuis plusieurs années, les organisations des droits de l’Homme ont accusé les États-Unis de mener une chasse aux sorcières, détenant sans preuves convaincantes des personnes innocentes dans leur prison sous le prétexte de la lutte contre le terrorisme.

Détenir Saifullah Paracha sous le seul argument qu’il avait rencontré en 1999 et en 2000 Oussama ben Laden en 1999 dans le cadre de la production d’un programme télévisé ne saurait constituer une preuve suffisante pour jeter un citoyen en prison.

Mentionnons que la prison de Guantánamo ne compte plus qu’une quarantaine de détenus, la plus parts ayant « été rapatriés dans leur pays d’origine ou transférés dans un pays tiers. »

Augustin Roger MOMOKANA Photo : Libération.fr
Ce contenu a été publié dans Actualité, International, avec pour mot(s)-clé(s) : Prison, États-Unis, Guantánamo, Terrorisme, Al-Qaeda, Saifullah Paracha. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien