Menoua : mise en route du projet de gestion des boues de vidange par le Syndicat des Communes.

Publié le 31 Oct 2022 par SINOTABLES

Spread the love

Finies bientôt les acrobaties, les peines des familles, des propriétaires des mini cités, des meublés, des hôtels et des édifices abritant les services publics qui font des mains et des pieds pour trouver à Bafoussam ou à Bangangté le camion de vidange pour assainir leurs toilettes.

La salle des réunions de la préfecture de Dschang a abrité jeudi 27 octobre le lancement officielle du projet de gestion des boues de vidange de la Menoua baptisé projet ECOSAME (projet Économie Circulaire et Salubrité dans la Menoua).

Initié il y a quelques années par l’Agence municipale de gestion des déchets (AMGED) de Dschang avec l’appui de l’AIMF(Association internationale des maires francophones), Nantes Métropole et de la Fondation Bill Gates, le projet ECOSAME vise à assainir le département de la Menoua par une gestion professionnelle des boues de vidange et le traitement des eaux usées des logements collectifs dont les cités universitaires, les hôtels, etc.

Ainsi, en même temps que les excréments issus des fosses septiques ou WC vont être transformer en compost pour amender les sols agricoles, le projet envisage à assainir et à moderniser l’environnement à travers des modèles de latrines améliorés.

Les boues de vidange collectées à travers le département vont être séchées sur une plateforme dédiée et mélangé au compost organique produit sur les plateformes de gestion des déchets biodégradable. Ce nouvel intrant plus riche en azote aura un plus grand impact sur la régénération des sols agricoles.

Sur trois années, le projet ECOSAME annonce de nombreux acquis en termes de logistiques, d’infrastructures, d’emplois, de lutte contre la pollution de l’environnement dans les six communes du département de la Menoua où des perspectives sont enchanteurs en ce qui concerne l’amélioration des cadres de vie des populations.

Selon Paul Valérie DONTSOP, coordonnateur du projet ECOSAME, l’apport du projet dans l’amélioration du cadre de vie n’est plus à démontrer. Que ce soit en zone urbaine comme en zone rurale. L’un des retombées, sera l’acquisition d’un camion hydrocureur pour assurer la vidange et le transport des boues des latrines vers la station de traitement bientôt construit à Penka-Michel.

S’adressant aux responsables et aux parties impliquées dans la mise en place de ce projet, ITOE Peter MBONGO, préfet du département de la Menoua, a insisté sur la mise sur pied d’un cadre de concertation et la prise en compte effective de toutes les recommandations issue de cette session de lancement du comité de pilotage.

Projet pilote de l’ISSV (Accord de partenariat), « Initiative pour l’amélioration des services urbains clés dans les secteurs sociaux », d’un financement total de 667.505 euros, soit près de 450 millions FCFA à décaisser en trois tranches. Le lancement de ce projet fait suite à la signature le 06 décembre 2021 d’un accord de partenariat entre les différentes parties à savoir l’AIMF, Nantes Métropole, la Commune de Dschang et le SYCOME.

Les donateurs du budget sont : Commune de Dschang et le SYCOME : 57.500 €, Nantes Métropole : 90.000 €, l’Agence de l’eau Loire Bretagne : 200.000 €, AIMF : 320.000€, soit un financement total de 667.500 €.

Avec Idriss FOLE

Ce contenu a été publié dans Actualité, Menoua, avec pour mot(s)-clé(s) : Menoua, Sycome, Projet Ecosame, Boue de vidange, Compost, Agriculture, Dschang, Aimf. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien