Festival des Causes Nobles : déficit de patriotisme ou incapacité ? Ce qu’il faut savoir sur les sceaux et les armoiries du Cameroun.

Publié le 02 Nov 2022 par SINOTABLES

Spread the love

« Le Cameroun, notre pays : les sceaux et les armoiries de l’État» comme valeurs identitaires inviolables et inaliénables, aussi bien pour les camerounais que pour les ressortissants des autres États. Chaque pays ne s’identifiant que par son hymne national, sa devise, son drapeau, le sceaux et le blason. Ces emblèmes sont des identifiants d’un pays par rapport à tous les autres.

Alain Cyr PANGOP KAMENI, professeur titulaire des universités, a disséqué les marqueurs du Cameroun que l’hymne national, la devise, le drapeau, le sceau, le blason.

Du drapeau, l’on a retenu qu’aucun drapeau ne doit être confondu à un autre, et qu’en temps de paix comme de crise le drapeau peut exprimer la situation. Deuil national, guerre, levée de couleurs, descente du drapeau, signification de l’hommage d’une autorité (sous-préfet, préfet, Ministre, Chef de l’État) devant le blason. Le drapeau ne doit ni toucher le sol, ni être déchiré, ni blanchir. Un drapeau à l’envers, un drapeau au-dessus d’un autre sur le même mât. « Ne soyez jamais où des individus, pour quelle que raison que ce soit trainent le drapeau d’un État au sol.» parce que le drapeau est l’expression palpable de l’existence d’un État et en tant que tel doit être vénéré en toutes circonstances.

Les festivaliers ont posé toutes les questions que l’on pourrait imaginer et celles que personnes n’aurait imaginé sur ces oripeaux de la République. Une association peut-on avoir son drapeau ? Dans quelle mesure une association ou une entreprise peut-elle utiliser l’encre bleue, rouge ou noir pour son cachet ? Peut-on mettre le drapeau en berne si le chef de village, dans la cour du palais de qui est fixé un mât de drapeau, décède ? Que signifie le drapeau du Cameroun qu’un compatriote met comme écharpe à son cou ? Une personne normale peut-elle coudre une tenue aux couleurs du drapeau national ? Qui peut être mobile lorsqu’on monte le drapeau? Que se passerait-il si quelqu’un ne chante pas l’hymne national pendant son exécution ? M’est-il permis d’avoir le drapeau du Cameroun chez moi ? Que faire si je trouve un drapeau dans la rue ? Pourquoi une tête de femme dans le sceau de l’État ? Pourquoi le Cameroun sur le blason a-t-il un fond bleu ? Quel est le message caché derrière la devise de notre pays ? Pourquoi les drapeaux des pays d’Afrique francophone sont à dominance jaune, vert et rouge ? Pour quoi ceux des États de l’Afrique Anglophone sont à dominance noir et bleu et rouge ? Comment comprendre qu’un pays comme le Niger a un drapeau semblable à celui de l’Inde ?

Un État est sacré. Le Cameroun l’est. Le reconnaitre c’est respecter ses institutions, comme le Chef de l’État le fait lorsqu’il s’incline devant le blason, c’est apprendre à exécuter l’hymne national, c’est avoir un respect et une foi inébranlable pour le drapeau national, c’est ne jamais être du côté de ceux qui jouent, malgré leurs récriminations en vers les dirigeants, avec les sceaux et armoiries de son pays. Ces objets sont si importants qu’ils sont enseignés dans les écoles militaires et de police.

Le Cameroun a construit sa destinée sur cinq grands piliers exaltés au quotidien à travers son hymne national : le patrimoine (« berceaux de nos ancêtres »), le patriotisme (« terre chérie, chère patrie »), l’unité nationale (« Que tous tes enfants du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest soient tout amour»), le travail et la résilience (« Te servir que ce soit leur seul but »), les emblèmes (« Comme un soleil ton drapeau fier doit être ») .

Alain Cyr PANGOP a invité la jeunesse camerounaise à nourrir des rêves réalistes et positifs. Rêver d’avoir de l’argent pour aller aux États-Unis charger son téléphone portable, tout comme acheter les affaires du richissime investisseur nigérian Dangote pour devenir son patron est un égarement morale et une banalisation des grandes valeurs qui, pourtant, sont des sources d’inspiration pour la jeunesse.

Augustin Roger MOMOKANA

Ce contenu a été publié dans Actualité, Gala, avec pour mot(s)-clé(s) : Cameroun, Drapeau, Hymne national, Blason, Sceau, Armoiries, Emblèmes, Festival des Causes Nobles, Dschang. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien