Economie : l’histoire du Bitcoin m’est contée.

Publié le 08 Nov 2022 par SINOTABLES

Spread the love

Qui se cache derrière le Bitcoin ? Qui en est l’inventeur ? Pourquoi a-t-il créé cette monnaie ? Le FBI et la CIA se mordent encore les méninges pour découvrir qui se cacherait derrière la légende Satoshi Nakamato, 20e° fortune mondiale.

Bitcoin né dans les méandres de la crise financière de 2008, moment où le système bancaire mondial est au bord du gouffre.

Pour éviter une implosion financière, les gouvernements optent pour une politique d’assouplissement quantitatif. Cela consiste pour la Banque Centrale à acheter massivement des actifs financiers.Le but étant d’injecter dans l’économie les liquidités créées pour relancer l’activité et l’inflation.

C’est d’ailleurs à cette période charnière que les Banques Centrales arrêtent de vendre l’or pour en accumuler massivement le tout dans un contexte de pic pétrolier.

Une situation qui renvoie aux débats autour de la suppression progressive du cash.

C’est dans ce contexte qu’un certain Satoshi porte à la connaissance du monde ses travaux sur un nouveau système de paiement P2P décentralisé, sans tiers de confiance.

Au-delà de l’innovation technologique révolutionnaire, on note le caractère public des transactions, qui va à l’encontre des idéaux crypto-anarchistes historiques initialement très attachés à la vie privée.

Bitcoin est très vite adopté par les utilisateurs du Dark Web car plus discret que le paiement en FIAT.

Bien qu’il soit rapidement remplacé par d’autres projets plus efficients à ce sujet : $XMR & $XV, il garde une place prépondérante dans cet écosystème.

Le FBI & la CIA sont confrontés à l’émergence des blockchains dès la naissance de cet écosystème. On recense par exemple la traque du réseau derrière la marketplace Silk Road.

On note une politique de « laisser faire, pour mieux surveiller » appliquée aux sites liés à la pédo-criminalité. Une position qui amène à se demander s’il n’a pas été uniquement pour de l’illégal.

De nombreux projets concourent à des objectifs du NWO, ce qui laisse penser qu’il a pu être lancé par un gouvernement.

Ethereum dont le WEF est partie prenante a inventé les SBT qui permettent de sceller une identité dans la blockchain et donc de tracer les citoyens.

Ripple ambitionne de devenir une solution support pour les monnaies numériques de banques centrales à l’image du Worldcoin monnaie numérique qui viendra remplacer le FIAT permettant là aussi de surveiller les populations.

Pour certains développeurs tels que Laszlo Hanyecz, le niveau de codage du protocole Bitcoin a nécessité l’intervention de plusieurs personnes.

Il soutient l’hypothèse d’un lobby industriel ou d’une équipe de codeurs qui auraient été soutenue financièrement.

En effet, la décentralisation de la monnaie peut être accompagnée de sa libéralisation et permet aux lobbies industriels de s’affranchir de la tutelle monétaire des états.

Contrairement aux idées reçues, la libéralisation d’une monnaie équivaut à donner les pleins pouvoir à une élite financière, qui se retrouve de fait en position de market maker.

Il existe une théorie farfelue selon laquelle les créateurs de Bitcoin pourrait être le consortium de 4 groupes technologiques, regroupant SAmsung, TOshiba, NAKAmichi & MOTOrola : mis bout-à bout les premières initiales forment le nom de Satoshi Nakamoto.

S’intéresser à ce type de signaux cachés est naïf et peu crédible, mais la théorie qu’une société financière reste une hypothèse plausible.

@0xTwareg

Ce contenu a été publié dans Actualité, Opinions, avec pour mot(s)-clé(s) : Bitcoin, Satoshi Nakamoto, Fortune, Cryptomonnaie, Blockchain. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien