Centre de Rééducation des Handicapés de Dschang: la Commission des Droits de l’Homme va prendre la défense des handicapés.

Publié le 06 Déc 2022 par SINOTABLES

Spread the love

Les personnes handicapées de la Menoua n’entendent pas perdre le Centre de Rééducation des Handicapés de Dschang. Ils l’ont réitéré mardi à Dschang et vendredi dernier, respectivement devant le délégué régional des Affaires sociales pour l’Ouest, et à la délégation de la Commission des Droits de l’Homme du Cameroun.

La propriété du Centre des Handicapés de Dschang, située en contrebas de la « Montée du Rectorat » de l’Université de Dschang, est convoitée par l’université qui voudrait en faire le centre Universitaire de Kinésithérapie.

L’information a été révélée mardi 29 novembre au cours de la conférence de presse en prélude à la célébration à Dschang le 3 décembre de la 31e journée internationale des personnes handicapées, puis le 2 décembre lors d’une visite des commissaires de la Commission des Droits de l’Homme du Cameroun à Dschang.

Cette raison justifie la présence d’une plaque de l’Université de Dschang à l’entrée du centre. Elle a été fixée de manière à masquer entièrement la plaque dudit centre (Photo). Ce fait n’a pas échappé à l’attention des commissaires de la CDHC en visite à Dschang dans la cadre de la célébration de la Journée internationale des personnes handicapées.

Interrogés, des esprits avertis ont expliqués que la crise économique de la fin des années 80 aidant, l’Etat a cessé d’apporter son appui à cet instrument d’accueil, d’encadrement et de prise en charge des handicapés. Une situation qui a fait sombrer le centre dans une espèce de léthargie.

Dans ce contexte, des individus ont entreprise de dicter leur loi sur ce domaine. Le faisant même passer pour propriété de leurs parents. Ainsi les arbres tout autour ont été abattus. C’est dans ce méli-mélo que l’université entre en scène.

L’Université de Dschang, qui s’est accaparée de la moitié des terres du village Toutsang- sujet évoqué par un groupe d’élites Foto à l’occasion d’une concertation dans le cadre de la préparation des obsèques du chef du village récemment parti- s’est invité dans le dossier et bataille avec les handicapés pour les chasser du centre enfin de l’ériger en Centre Universitaire de Kinésithérapie.

Vendredi dernier, après s’être fait clairement présenter la situation, la Commission des Droits de l’Homme du Cameroun (CDHC) conduite par son Vice-président, Dr GALAGA GANA Raphaël, a demandé aux autorités et au responsable de l’association départementale des personnes handicapées de la Menoua de lui faire parvenir dans les brefs délais le dossier de ce Centre.

« Il est inadmissible que l’université de Dschang qui dispose de suffisamment de terrain puisse priver les personnes handicapés du seul cadre dont il disposent pour leurs regroupement et pour leurs encadrement et suivi », s’est indigné un commissaire du CDHC.

Augustin Roger MOMOKANA

Ce contenu a été publié dans Actualité, Menoua, avec pour mot(s)-clé(s) : Centre des handicapés, Dschang, Personnes handicapées, CDHC, Droits de l’Homme. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien