Université de Dschang : une conférence sur « le salariat et les valeurs éthiques au Cameroun ».

Publié le 12 Déc 2022 par SINOTABLES

Spread the love

Le salariat se définit par opposition au bénévolat, tandis que les valeurs éthiques renvoient à l’humanisation du travail. Le travail lui-même pour l’employeur étant considéré comme la recherche du profit, alors qu’il est la quête des moyens de survie pour l’employé.

« Il y a le souci de garantir la santé du salarié, le souci de garantir la cohésion sociale. Lorsqu’on constate que des enfants de moins de 14 ans ont été recrutés, l’on comprend que la relation du travail nous ramène à l’état de nature.»

Quelles relations lient-elles l’employeur à l’employé ? Sur quoi ces relations sont-elles fondées ? Que faire au cas où les deux parties ne s’entendent plus ? Un employé peut-il avoir plusieurs contrats de travail ? L’employeur peut-il confier plus de tâche que prévu dans le contrat ? Un employeur peut-il retenir partie du salaire de son employé à titre d’amende ? Une femme peut-elle perdre son emploi parce qu’elle est enceinte ? Un employeur peut-il retenir l’employé pendant son congé ?

Ces questions et bien d’autres ont été éventrées mercredi 7 décembre 2022 à l’occasion d’une conférence sur le thème « le salariat et les valeurs éthiques au Cameroun ». Conférence organisée par la Cellule Spéciale de Contrôle de l’Université de Dschang. Si cette conférence vise la formation du personnel et des étudiants, elle recherche aussi le rayonnement de cette université.

« Le contrat de travail est un contrat établit intuitu personae, parce qu’on prend en compte la personne, le personnage et la personnalité du travailleur.»

En deux heures et demie, les professeurs ANAZETPOUO ZAKARI (Chef Cellule Spéciale de Contrôle/UDs) et NAH Thomas FUASHI (English Law/UDs) ont, sous la modération du professeur MESSANGA Gustave Adolphe (Psychologue/UDs), édifié le public d’étudiants et de travailleurs sur la problématique de cette relation dont le nerf gordien est l’éthique, la probité et l’intégrité.

Au cœur de cette relation contractuelle entre employeur- employé se trouve le travail matérialisé par un contrat. Les dispositions du code du travail ont été abondamment citées, entre autres les articles 32 et 62, en guise de précisions.

Selon les panélistes qui sont des experts en droit social, il va sans dire que le respect de l’éthique incombe aussi bien l’employeur qu’à l’employé. Cela sans que la relation de subordination du salarié à l’employeur soit érodée.

« La relation de travail doit être le lieu par excellence de l’expression de l’humain, du juste, de l’équitable et du beau. Ainsi la relation entre employeur et employé doit être bâtie sur des éléments objectifs.»

L’attention des participants a été attirée sur les comportements susceptibles de plomber la relation entre les parties, notamment le respect de la tâche pour laquelle l’un a été recruté, le respect réciproque des clauses du contrat de travail.

Les intérêts de l’entreprise vont de pair avec ceux de l’employé. Dans la mesure où si l’entreprise vise le profit, il est évident que gagner de l’argent n’est acceptable avec des salariés mal traités. Pour cela l’employeur doit veiller à ce que les travailleurs soient en bonne santé, en bon état d’esprit et surtout fiers de contribuer à la vie de leur entreprise.

Cela se traduit à travers le respect réciproque des clauses du contrat de travail. Malheureusement certains employeurs procèdent par des pratiques peu orthodoxes – la réduction unilatérale du salaire, le non-paiement du salaire, les retenus sur salaire arbitraires – pour pousser l’employé à démissionner. Des dispositions légales existent qui permettent à l’employé de solliciter l’arbitrage de l’inspection de travail.

Mais il serait intéressant de souligner que « Le salaire se paie en fonction de la rentabilité. Lorsque vous avez perdu une compétence professionnelle, une qualité professionnelle, la contrepartie évidente, votre salaire doit être revu à la baisse ».

Un employé peut signer plusieurs contrats de travail. Si l’entreprise A l’a recruté pour travailler et x à y temps, il est libre de signer un autre contrat avec l’entreprise B. Pourvu que ce deuxième contrat respecte les clauses de non concurrence, et le respect du temps de travail avec A.

Enfin, au patron comme au salarié : « Quand vous avez fini par devenir riche, votre grande préoccupation doit être ‘’est-ce que j’ai été régulièrement riche’’ ? Parce qu’il y a des riches pauvres pour avoir détourné, il y a des riches pauvres pour avoir volé, il y a des riches pauvres pour l’avoir été sur des bases incertaines. »

Augustin Roger MOMOKANA

Ce contenu a été publié dans Actualité, Éducation, avec pour mot(s)-clé(s) : Travail, Éthique, Université de Dschang, Employeur, Employé, Contrat de travail, Entreprise. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien