Fait-divers : la voleuse justifie son forfait par ce que le bijoutier lui ferait assidument la cours.

Publié le 13 Déc 2022 par Augustin Roger MOMOKANA

Spread the love

Les boutiquiers qui baratinent les femmes avec leurs marchandises-là, un jour viendra où vous serez comme Massa Pita du Marché B.

Massa Pita c’est le nom que nous avons voulu attribuer à ce commerçant de Dschang au cœur d’une histoire de baratin mal tourné.

Dimanche soir, aux environs de 18heures, une jeune femme tente de dérober des bijoux dans une boutique au Marché B à Dschang.

Le butin se compose des bijoux essentiellement. Elle en a mis plein dans un emballage en plastique, sous le soutien et dans le caleçon.

Mami Boncoeur, appelons-la ainsi, se doutait de ce qu’un œil caché observait sa manœuvre. Aussi s’est-elle pourvue des bijoux qu’elle pourrait facilement écouler une fois dans la rue.

Au moment où, comme tout client qui après avoir visité les rayons d’une boutique sans y trouver ce qu’elle recherche elle s’avance vers la sortie, elle est interpellée par l’assistant vendeur.

Mami Boncoeur se retourne, mais ne s’arrête pas. Elle se jette dehors avant d’être vite rattrapée par les voisins alertés par l’assistant vendeur.

Elle déclare n’avoir rien pris. Mais lorsqu’on lui fait découvrir le contenu de son plastique, celui de sous sa poitrine et enfin sous son pubis, elle faiblit et tente de se justifier :
« Votre mari qui me drague sait très bien que j’ai pris quelques bijoux dans sa boutique », répond-elle à la vendeuse, l’épouse du boutiquier.

Mami Boncoeur ignore que cette déclaration va énerver davantage la dame et ses voisins. Ils ont déjà perdu beaucoup de marchandises du fait des voleurs.

Alors que la foule des voisins, vendeurs de friperie et marchand de condiments, se jette sur elle la propriétaire de la bijouterie rougit contre son mari qui « me trompe avec une voleuse comme ça ».

Mami Boncoeur aurait été conduite par ses victimes au Commissariat du deuxième arrondissement.

Les commerçants ! Vous qui draguez les femmes avec les bijoux ou le pain chargé-là, voyez ce que votre acte peut avoir comme conséquence. Femmes ! Vous qui vous payez en volant la marchandise de quelqu’un parce qu’il vous a draguées, voyez comment votre vie peut basculer.

Augustin Roger MOMOKANA

Ce contenu a été publié dans Actualité, Menoua, avec pour mot(s)-clé(s) : Fait-divers, Bijoux, Boutiquier, Dschang. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien