Patrimoine touristique : réhabilitez le Centre climatique de Dschang ou vendez-le aux investisseurs privés !

Publié le 26 Déc 2022 par SINOTABLES

Spread the love

Samedi dernier, grâce au mariage de Fridolin NGOUE, nous avons revisité le Centre Climatique. Une perle que les gens du RDPC ont sacrifié pour des raisons que personne ne peut comprendre.

C’est incroyable de constater que le Centre Climatique est devenu un quartier qui met ses bungalows en location aux familles. Le ministre des Domaines, du cadastre et des affaires foncières, EYEBE AYISSI, a sans doute trouvé en cet état de chose la motivation pour vendre le domaine de l’IRAD si proche en vue de la création du « Quartier Climatique » qui, un jour ou l’autre, engloutira définitivement le village de tourisme.

Des champs de patates, des herbes, des églises, et des chèvres et même des porcs… C’est désolant de constater qu’un gouvernement peut ne pas avoir conscience de son patrimoine.

Que fait BELLO BOUBA MAIGARI au ministère du Tourisme ? Que font les élites de la Menoua aux côté de S.E. Paul BIYA à Yaoundé? Ces gens trompent le président de la République pour s’enrichir.

Faites voir à S.E. Paul BIYA ce qu’est devenu le Centre Climatique de Dschang. C’est affligeant de constater que le ministre en charge du patrimoine de l’État ne s’occupe de la spoliation au lieu de veiller à ce que le patrimoine immobilier soit en bon état.

Ils ont tué le Centre Climatique pour enrichir leurs amis, les opérateurs privés. Et la mère à qui l’État a abandonné ça en fait ce qu’elle veut. C’est dommage de constater que le Centre Climatique de Dschang n’est plus un hôtel, mais un « Camp SIC » qui ne dit pas son nom.

Si le Premier Ministre Ephraïm INONI passe par là, il va verser de grosses larmes. Lui qui y avait séjourné en 2007 dans le pavillon présidentiel. Il était à Dschang pour inaugurer la route Melong-Dschang le 14 juin.

La magie et le charme du Centre Climatique ce n’est pas dans le confort, mais c’est son cadre d’abord, ensuite son architecture, son originalité, et enfin ses services et produits. Il n’est pas anodin que de nombreux investisseurs, dont l’Université de Dschang dans le cadre d’un consortium avec des partenaires italiens, ont souvent sollicité de l’État que la gestion de cette institution leur soit concédée.

Lorsque j’ai vu quelle admiration les invités des mariés contemplaient et appréciaient ce cadre, j’ai eu un haut-le-corps, car ils ne se rendaient pas compte d’être en présence d’une carcasse. Ainsi ils s’en émerveillaient. Qui aurait pu leur faire visiter ce village de tourisme dans les années 1990 ?

C’est vraiment dégelasse, pourtant il suffit de sacrifier trois milliards entre les mains d’une société expérimentée, et le Centre Climatique de Dschang retrouvera son statut d’établissement touristique de renommée international. Les grands travaux de réhabilitation ne nécessite pas l’inimaginable. Les gens ne font rien parce qu’ils espèrent qu’un jour ils vont le vendre à leurs amis comme ils vendent les propriétés de l’État ici et là.

Que chaque personne qui lira cet article essaie de la partager aux proches de façon qu’elle finisse par arriver au niveau du président de la République. Il ne serait pas au courant que ses collaborateurs gèrent aussi mal le patrimoine de l’État.

Augustin Roger MOMOKANA

Ce contenu a été publié dans Actualité, Tourisme, avec pour mot(s)-clé(s) : Centre Climatique de Dschang, Tourisme, Patrimoine touristique, Paul Biya. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien