Commune de Dschang : C’est 4 milliards 475 millions 426 mille 044 francs CFA de budget pour l’exercice 2023.

Publié le 29 Déc 2022 par SINOTABLES

Spread the love

Le conseil municipal de Dschang s’est réuni mercredi 28 décembre en sa session consacrée à l’examen et adoption du budget. C’était en présence du préfet de la Menoua, ITOE Peter MBONGO, du sous-préfet de l’arrondissement de Dschang, MBELLA EDJENGUELE Max, et du délégué départemental du ministère de la Décentralisation et du développement local, NANSEU Yannick.

Jacquis KEMLEU TCHABGOU et l’ensemble de son conseil municipal ont adopté un budget équilibré en recettes et en dépenses à la somme de 4 milliards 475 millions 426 mille 044 francs CFA. Ce budget est en hausse comparativement aux 4 milliards 64 millions 736 mille 605 FCFA de l’exercice qui s’achève.

Ce budget dont le réalisme est souligné et vanté par le maire Jacquis KEMLEU TCHABGOU doit est pourvu par les recettes propres, car les Centimes additionnelles communales (CAC) étant devenues un véritable serpent de mer pour la Commune de Dschang qui dénonce au passage les irrégularités qui émaillent le paiement des cartons.

« Les CAC ne correspondent pas à la taille de Dschang. Il n’y a pas de paresseux à Dschang. L’argent des communes ne leur revient pas. Donnez l’argent, on va vous payer votre argent ».

Il s’agit d’une situation critique qui a été portée à l’attention du préfet de la Menoua afin que l’autorité administrative saisisse le gouvernement pour que l’argent des mairies leur soit versé et en totalité. Parce que l’État ne doit pas encourager la prospérité ni de l’injustice ni de la corruption de ses agents, notamment ceux du Trésor.

Malgré cette plainte, il va de soi qu’un effort est fait au niveau de la Commune de Dschang pour exploiter les nouvelles niches de recettes ouvertes par le Code générale des collectivités territoriales décentralisées. Parmi elle la taxe foncière et le permis de bâti.

« Je sollicite de leurs majestés les chefs supérieurs l’accompagnement des services de recouvrement de la recette municipale pour la relance du recouvrement dans les marchés périodiques.»

Conscients du fait que le vote du budget de l’exercice 2023 intervient dans contexte de vie chère qui va se radicaliser progressivement, Jacquis KEMLEU TCHABGOU et ITOE Peter MBONGO ne devraient pas ignorer que les populations à qui l’État demande déjà trop sans leur faciliter la vie pourront ne pas se comporter en bon partenaires.

En attendant, l’attente des populations est que le maire et son équipe fassent plus d’efforts en matière d’entretien des routes aussi bien dans la ville que dans l’hinterland, que des quartiers non encore bénéficiaire de l’eau potable le soient, que le marché soit davantage assaini, notamment avec la poursuite de la construction des nouvelles boutiques au marché B dont la populations des commerçants ne cesse de grandir.

« (…) d’une vingtaine de projets maturés et maitrisés dont les procédures d’attribution des marchés de travaux y relatifs sont en cours pour une exécution efficiente durant 2023 ».

Ces préoccupations n’occultent en rien les projets ambitieux prioritaires de la mandature des défis : la construction de la cité municipale, la construction de la station de traitement des boues de vidanges (matières fécales), lotissement de plus de 12 hectares pour faciliter le logement dont la demande est en constante explosion.

Augustin Roger MOMOKANA

Ce contenu a été publié dans Actualité, Menoua, avec pour mot(s)-clé(s) : Conseil municipal, Dschang, Jacquis Kemleu Tchabgou, Budget, Exercice 2023, Commune de Dschang. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien