Cameroun – Assassinat de Martinez Zogo : où est le vivre ensemble que les gens chantent jours et nuits en buvant du bon vin-là?

Publié le 23 Jan 2023 par SINOTABLES

Spread the love

Le défi que la presse lance au gouvernement camerounais c’est qu’il prouve que l’assassinat de Martinez ZOGO n’est pas un complot d’État contre le journalisme. Pour cela, cette corporation qui se sent persécutée et traquée exige que les assassins soient recherchés, arrêtés, identifiés et présentés à la justice.

Le décès par assassinat du directeur de Amplitude FM, une station urbain émettant depuis Yaoundé à fait naitre chez des camerounais un instinct de survie brodé sur l’émigration.

« Est-ce que les demandes d’asile massives (genre 1.000.000 de personnes) sont envisageables ? » Ainsi des compatriotes, face à l’impunité, envisageraient l’émigration comme échappatoire.

Cet aveu d’impuissance interpelle la conscience du premier dirigeant du Cameroun. Il doit sanctionner à son gouvernement et veiller à ce que l’idée selon laquelle « le Cameroun serait la propriété de quelques-uns » soit vite anéantie car sinon, l’on pourra un jour assister à une émigration collective et massive de la jeunesse camerounaise déçue par ses dirigeants.

Le patriotisme, le vivre ensemble ne sont rien d’autres que de vagues mots que les gens brandissent dans ce pays pour se marrer le peuple.

Vous ne pouvez pas proclamer haut et fort le vivre ensemble et le patriotisme et être capables de poser un acte aussi abject et inhumain comme celui qui a valu la vie à Martinez ZOGO.

Vous ne pouvez pas proclamer le patriotisme et le vivre ensemble à tout vent et pouvoir délester la fortune publique de manière constante et démesurée, sans penser à l’avenir.

Votre part de patriotisme-là n’est qu’une calamité qui loin de construire anéanti plutôt le brin d’espoir du mieux vivre et des lendemains meilleurs qui trottaient encore dans la tête de notre jeunesse.

« Il paraît que le Canada a suffisamment d’espaces pour accueillir même 50 millions d’habitants. Moi je propose qu’on aille tous là-bas. On les laisse leurs pays avec leurs enfants ! On crée le Cameroun Canadial avec notre équipe de foot ! »

Cette publication abondamment relayé sur les réseaux sociaux a l’air d’une blague. Mais à bien l’analyser, elle charrie le désemparement et le désespoir totale d’une jeunesse qui constate que le rêve d’avoir un Cameroun debout, juste, équitable ne serait plus possible.

Ainsi la disparition brutale et crapuleuse de l’animateur radio Martinez ZOGO, du fait de votre puissance et de votre volonté est une épreuve de plus pour le patriotisme et le vivre ensemble tant recherché par le Cameroun.

Auriez-vous une âme immortelle ? Auriez-vous une conscience inébranlable ? Qui que vous êtes et quoi que vous fassiez, le sang que vous avez versé hantera votre conscience et fera de vous la première victime de la foudre.

Dans un pays sérieux, l’on ne pousser la population à envisager l’émigration comme solution à l’enrichissement illicite, l’émancipation de la personnification du pouvoir, à la criminalité à col blanc, à l’imposture, à la prédation, à l’impunité et à l’injustice, à la corruption et la prévarication de la fortune publique érigées en règles.

Dans un État de droit, la liberté de répression ne saurait triompher sur la liberté d’expression.
Les lignes 57, 65 et 94 mettent le Cameroun à sang. Ce ne peut pas être le crime commandité par seule personne. Que tous ceux qui y ont puisé soit cités comme présumés coupable dans l’affaire enlèvement et assassinat du journaliste Martinez ZOGO. Le Président de la République doit couper les têtes ! Paul BIYA doit remanier l’ensemble du gouvernement, verser tout le monde dans la rue.

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants » : Jean D’Ormesson .

Augustin Roger MOMOKANA

Ce contenu a été publié dans Actualité, Politique, avec pour mot(s)-clé(s) : Cameroun, Martinez Zogo, Patriotisme, Vivre ensemble, Émigration, Impunité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien